Réflexologie et cancer

Les soins de support

Les personnes atteintes d’un cancer, et notamment en cours de traitement, doivent faire face à beaucoup… : gestion du stress et de l’anxiété face à la maladie, organisation des soins qui rythment le calendrier, fatigue, effets secondaires des traitements…L’approche en oncologie a évolué au fil des années, et, au-delà du traitement de la maladie elle-même, le patient a de plus en plus été pris en compte dans sa globalité et dans ses besoins. Les soins de support ont alors été développés.
Traduit de l’anglais « supportive care », le terme « soins de support » désigne « l’ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades, parallèlement aux traitements spécifiques, lorsqu’il y en a, tout au long des maladies graves ». Les soins de support ont été initiés en 2005 avec la circulaire DHOS du 22 Février, puis avec la mesure 42 du Plan Cancer qui prévoit le développement des soins de support et insiste notamment sur le développement de la prise en charge de la douleur et de la psycho-oncologie. Ils font partie intégrante de la prise en charge et ne sont ni secondaires, ni optionnels. L’objectif est que toute personne, quel que soit l’endroit où elle se trouve, puisse bénéficier de soins de support et d’un accompagnement approprié. Les soins de support sont proposés depuis le début de la prise en charge (dispositif d’annonce), pendant les traitements et après les traitements.

L’objectif des soins de support est de diminuer les effets secondaires des traitements et les conséquences de la maladie, et d’assurer une meilleure qualité de vie possible aux patients, sur les plans physique, psychologique et social. Le but des soins de support n’est pas de « soigner », mais de « prendre soin ».

réflexologie et cancer

Réflexologie et accompagnement du cancer

D’une façon générale, pour tous et à tout moment du parcours, la réflexologie permet à la personne atteinte d’un cancer de mieux vivre au quotidien en :

Il est important de souligner qu’il existe un lien entre le stress et l’immunité. Moins de stress permet de pouvoir mieux utiliser ses ressources immunitaires.
La Pr Brigitte Dréno (dermatologue, présidente de la fédération de cancérologie du CHU de Nantes) écrit :« Je crois à la psycho-immunologie, au lien entre le système nerveux et le système immunitaire. On sait que le stress bloque les défenses. Des activités de ce type (soins complémentaires) aident le malade à se détendre. Des évaluations régulières le prouvent ».

Avant le traitement, la réflexologie permet de :

En cours de chimiothérapie, la réflexologie aide à soulager les effets secondaires :

Même si les bénéfices des séances sont ponctuels, puisqu’à chaque injection l’équilibre est remis à mal, le soulagement est toujours très apprécié et attendu. Il permet de vivre des sensations corporelles moins pénibles, de « reprendre une respiration », et constitue donc un véritable soutien pour le moral.
Cela permet de vivre la maladie avec « plus de confort » (ou moins d’inconfort…). Quand on peut pratiquer régulièrement des séances de réflexologie plantaire au moment des traitements de chimiothérapie, tous ces troubles sont largement atténués. Il est préconisé si possible de faire la séance de réflexologie plantaire la veille ou dans les 2-3 jours qui précèdent la chimiothérapie.

Après le traitement, la réflexologie va :

Même une branche coupée repousse, même la lune disparue croît à nouveau : le sage qui considère ceci ne se ronge pas dans l'adversité

Bhartrhari
Ambiance florale

Formation

Au-delà de ma formation initiale, qui me permettait déjà d’accompagner l’ensemble des troubles pouvant être soulagés en réflexologie, j’ai choisi de faire une formation complémentaire et spécifique en «Réflexologie et Oncologie». Cette formation enseigne les différentes catégories de cancer, de traitements, et les effets secondaires de ceux-ci. Elle permet de connaître les pratiques qui aident la personne atteinte de cancer pendant sa phase de traitements, en aidant le corps à mieux les tolérer. Cette formation complémentaire a été suivie au sein du Centre de Formation Mireille Meunier.

Etudes et articles :

Avec le développement des soins de support et des approches complémentaires, de nombreuses études ont été faites ces dernières années sur le thème réflexologie et oncologie.

Article « Détente… à l’hôpital ! », Paru dans Soins infirmiers d’octobre 2009.
Cet article relate une évaluation faite au CHU de Lausanne en 2008, sur une offre constituée de massage, réflexologie, aromathérapie et détente. Lorsque l’on évoque les effets secondaires, on pense à ceux de la chimiothérapie elle-même, mais on ne pense pas toujours aux « effets de traitements en cascade ». Par exemple, les médicaments pour soulager la douleur peuvent provoquer des nausées, de la constipation ou de la somnolence. On donne alors un traitement pour soulager les nausées, mais qui peut à son tour aggraver la somnolence et la constipation, causer des céphalées ou entraîner des vertiges…On est alors devant des symptômes liés entre eux, et si la prise en charge médicamenteuse n’est pas complétée par d’autres mesures, elle peut parfois induire une spirale de ressentis négatifs indésirables en chaîne. Les soins orientés sur le bien-être et la détente visent alors à créer un cercle vertueux dans l’évolution des symptômes. Cette étude a évalué les symptômes suivants : douleur, nausées, dyspnée, fatigue, somnolence, inappétence, anxiété, déprime, mal-être. Le niveau de confort du patient a été estimé de 1 à 10 sur une échelle, pour chaque symptôme. La conclusion est que la réflexologie semble agir principalement sur les douleurs, le mal-être, l’anxiété et la fatigue, mais moins sur l’inappétence et la somnolence.

Détente à l'hôpital

La réflexologie a-t-elle un impact sur la qualité de vie des patients cancéreux ?
Cette étude a montré que la réflexologie a un impact sur la qualité de vie des patients au stade palliatif du cancer.

Réflexologie plantaire : soins liés au traitement du cancer (douleurs, nausée, stress, anxiété, dépression) chez des patients hospitalisés en oncologie
Etude de 2003, Etats-Unis, sur 113 patients hospitalisés, ayant reçu de la réflexologie, ou un toucher thérapeutique, ou les deux.
Les patients ayant reçu de la réflexologie ont signalé moins de douleur, de nausées, de stress, d’anxiété et de dépression; ils ont également exprimé des sentiments accrus de bien-être et d’apaisement.

Les effets de la réflexologie sur la gravité de la fatigue des patientes atteintes d’un cancer du sein
Etude de 2019, Iran, sur 57 patientes
La présente étude a montré que la réflexologie diminue la gravité de la fatigue chez les patients atteints de cancer du sein et que les infirmières peuvent utiliser ces médecines complémentaires pour améliorer les conditions de santé des patients.

Une étude de cohorte prospective sur l’impact de la réflexologie chez les patientes atteintes de cancer du sein à l’aide de l’échelle MYCaW.
Etude de 2019, Etats-Unis, sur 52 patientes, portant sur la mesure des préoccupations et du bien-être.
Globalement, les symptômes se sont améliorés de 44,2%. Les plus grandes améliorations des préoccupations ont été observées pour les patients dont le niveau d’énergie était faible, pour les problèmes de sommeil, le stress et la tension, ainsi que pour les bouffées de chaleur et les sueurs.

L’effet de la réflexologie plantaire sur la fatigue, la douleur et la qualité du sommeil chez les patients atteints de lymphome : un essai clinique.
Etude de 2019, Iran
Les résultats ont montré que la réflexologie pouvait réduire la fatigue et la douleur, et améliorer la qualité du sommeil chez les patients atteints de lymphome.

Analyse de la réponse aux symptômes d’un essai contrôlé randomisé de réflexologie pour la gestion des symptômes chez les femmes atteintes d’un cancer du sein
Etude de 2019, Etats-Unis, sur 256 patients
La réflexologie à domicile dispensée par un soignant a été utile pour réduire la douleur signalée par le patient.

Le(la) réflexologue est un(e) professionnel(le) de la relation d’aide et de l’accompagnement. L’INSEE le place notamment dans la catégorie « Activité de santé humaine non classée ailleurs » (code APE 8690F). La réflexologie ne se substitue en aucun cas à l’avis d’un médecin et aux examens d’investigations. Conformément à la loi du 30 avril 1946, au décret n° 60665 du 4 juillet 1960, à l’article L. 489 du code de santé publique et au décret n° 96-979 du 8 octobre 1996, il ne s’agit nullement de soins médicaux ou de kinésithérapie.