Relaxation Coréenne

Les origines de la relaxation coréenne

Les origines de la Relaxation Coréenne restent assez floues. Nous savons en tout cas qu’elle est encore pratiquée au sein des familles en Corée, et qu’elle fait partie des méthodes traditionnelles au même titre que le Qi Gong. Anciennement elle était pratiquée au retour du travail dans les champs, pour soulager le travailleur.
Jean-Bernard Rishi l’a fait connaître en Occident et a écrit l’ouvrage « La Relaxation Coréenne », dans laquelle il donne une définition reprise à Paul Friederich : « le Relaxation Coréenne s’apparente à la tradition : elle est reliée à un courant culturel trouvant son origine dans la tradition chinoise. Elle existe encore et notamment en Corée, mais non pas sous forme de technique. Dans quelques villages, dans quelques familles, elle sert encore à créer des liens de solidarité entre les membres du groupe. Sa pratique n’est pas systématique, ni ne fait l’objet d’une théorie, mais en parcourant l’Extrême-Orient, on sent que c’est une connaissance qui est là, sous-jacente, dans les milieux populaires ».

Relaxation Coréenne
icone relaxation coreenne

La pratique de la Relaxation Coréenne

La Relaxation Coréenne se pratique habillé, allongé sur un matelas au sol. Des enchaînements de mouvements vont être proposés, concernant la globalité du corps, des pieds jusqu’à la tête. La spécificité de la Relaxation Coréenne consiste dans les vibrations, et le mouvement de vagues qui traversent le corps. On retrouve également des mouvements doux, d’étirements, d’apesanteur, de balancements, de lissage, de lâcher, de balayages, de percussions, de pressions glissées en rotations, et de manœuvres de massage au niveau des pieds, des mains et de la tête. Les mobilisations, très douces, se diffusent en vague de détente, permettant un lâcher prise dans toutes les parties du corps.

Le praticien aide d’abord à replacer le corps dans une position d’ouverture, et d’allongement de la colonne pour que la suite des mobilisations puisse bien se diffuser. Les mobilisations se feront ensuite de la tête aux pieds, allongé sur le dos puis sur le ventre, segment par segment, mais toujours avec des temps de rassemblement. Pendant la première partie un petit temps de massage des pieds et des mains est proposé, et la séance se termine par un massage de la nuque, du visage et de la tête, permettant un temps d’intégration de l’ensemble des éprouvés corporels.

Les Bienfaits de la Relaxation Coréenne

La relaxation coréenne invite la personne, dans un climat de confiance, à vivre un état de relâchement profond, à la fois musculaire, articulaire et mental. La plupart des massages vont avoir une action sur la partie musculaire du corps uniquement. La Relaxation Coréenne a cette spécificité de mobiliser les articulations, d’y remettre de l’espace, de la fluidité.
Lorsqu’il y a une souffrance, l’énergie et les émotions ne vont plus circuler librement dans le corps : elles stagnent, là où les tissus sont les moins souples, les muscles plus tendus, les articulations verrouillées… Grâce aux vagues qui traversent le corps c’est l’énergie vitale et l’onde émotionnelle qui vont pouvoir circuler de façon plus fluide.

Au niveau musculaire le relâchement est profond, le corps est « porté » par le praticien, les tensions peuvent lâcher.

Les effets de la Relaxation Coréenne :

L'état d'esprit de la Relaxation Coréenne

Dans tous les massages la qualité de présence du praticien est primordiale. Mais dans la Relaxation Coréenne, cette dimension est encore plus prégnante. Le praticien porte, mobilise, et il doit pour cela inviter la personne qui reçoit à «s’abandonner», donc à se sentir dans un climat de confiance absolue. La présence doit être constante dans son intensité, le praticien doit faire preuve d’attention, de délicatesse, de respect, d’écoute. Chaque qualité du praticien prend son importance, qualité du toucher bien sûr, mais aussi déplacements, ancrage, rythme, respiration…Le toucher est délicat, neutre, sobre. Le contact physique avec le receveur n’est pas continu, souvent après la mobilisation d’un segment on « lâche » le membre, ce qui permet à la personne d’être pleinement présente à son corps, et d’intérioriser les perceptions. C’est la continuité du rythme et la présence du praticien qui permet que la personne ne se sente pas lâchée, abandonnée. Comme en musique, qui est faite de sons et de silences.

J’explique parfois la Relaxation Coréenne en prenant l’image du pantin, de la poupée chiffon, que l’on secoue et dans lequel le mouvement se propage. Mais il ne s’agit pas de passivité dans cette image du pantin, au contraire ! C’est la sensation de la vie qui circule, la personne vit des perceptions corporelles riches et variées, reprend parfois contact avec des zones oubliées, des sensations nouvelles…Certains d’entre nous avons pris l’habitude de beaucoup contrôler, maîtriser pour se rassurer. La Relaxation Coréenne est une invitation à abandonner, le temps d’une séance, la volonté de tout contrôler. Et si le relâchement n’est pas total, la personne est invitée à ne pas juger cela, à observer simplement ces tensions résiduelles, à accueillir ce qui est là. Elle est invitée à savourer ce qu’elle ressent, quand, par moment ou par endroit, on arrive à ne pas agir, à laisser faire.